Articles

Quelques chiffres atypiques du web...

33 000 000 (33 millions) : ce serait le nombre d’internautes en France, en forte progression depuis 2 ou 3 ans. Ces chiffres ont été récemment mis en avant pour montrer le dynamisme numérique français. Toutefois, il est intéressant de faire émerger deux autres chiffres des mêmes études ayant abouti à ce résultat flamboyant. Tout d’abord, on compte les internautes de plus de 11 ans, alors que les précédentes études ne faisaient démarrer les statistiques qu’à partir de 15 ans (on gagne donc un ou deux millions d’individus). Et puis, il faut savoir que le nombre quotidien de personnes connectées n’excède pas 10 à 11 millions, ce qui signifie qu’en réalité dans le meilleur des cas, et si vous aviez les moyens de toucher tous les internautes français au même moment, vous rateriez systématiquement plus des 2/3 d’entre eux.

200 000 000 000 USD (deux cent milliards): il s’agit de ce que le spam fait perdre aux entreprises en temps de traitement dans le monde et par an. Pour comparer, c’est 500 fois le chiffre d’affaires annuel de la publicité en ligne en France ! Rien qu’en France, justement, il arriverait en moyenne 30 spams par jour dans chaque boite e-mail, et s’il fallait qu’une personne se charge de tous les éradiquer, il lui faudrait… 550 ans. Enfin, s’il fallait confier ce nettoyage quotidien à des individus employés 8 heures par jour à cette seule tâche, on aurait du travail pour 600 000 personnes. Un nouveau marché ?

22 000 000 EUR (22 millions) : c’est le chiffre d’affaires annuel de la filiale française de Google. Ca semble important, mais quand on compare aux quelques 17 milliards de dollars (environ 13 milliards d’euros) du groupe dans son ensemble, ça parait tout de suite bien plus modeste. Et ça l’est encore plus lorsqu’on sait que Google France compte une centaine de salariés, ce qui représente un revenu per capita de 220 000 euros environ. Avec un peu plus de 19 000 salariés dans le monde, la moyenne de revenu per capita du groupe s’établit plutôt aux alentours de 680 000 euros. En cas de restriction budgétaire, et s’il lui fallait fermer certaines de ses 21 filiales dans le monde, nul doute que Google viserait en priorité les moins rentables. Google France sur la sellette en cas de crise durable ? Peut-être…

1 300 000 : toujours chez Google, c’est le nombre de CV reçus par la firme chaque année. Ils sollicitent les services à temps plein de 400 salariés, tous cadres, rien que pour les lire, les trier et éventuellement y donner suite. Chaque année, Google embauche entre 1500 et 2000 nouveaux collaborateurs dans le monde. En Europe, chacun d’eux se voit offrir un vélo tout neuf dès son arrivée. Plus écolo (et surtout plus économique) qu’une voiture de fonction, non ?

300 000 000 (300 millions) : c’est le nombre de requêtes qui passent chaque jour par Google. Avec un index estimé entre 24 et 25 milliards de pages, ça signifie que chacune d’elles a des chances d’apparaître dans les résultats du moteur en moyenne 1 fois… tous les 80 jours

source : Moteurzine

Contact

  • 15 rue Emile Zola
    69002 Lyon, France
  • 04 78 42 05 56